0800 119 119 Appel et service gratuits
Prendre rendez-vous
Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h30 à 18h par téléphone au 0800 119 119 ou par mail à contact@aoea.fr
En voir plus

2018 ne sera pas l’année de l’argent

Le 18/05/2018 dans "Argent"

Constat étonnant : malgré une demande en hausse constante, l’argent continue à sous performer. Cette tendance est en fait en grande partie due aux acteurs institutionnels de la banque et de la finance qui n’ont pas intérêt à ce que l’argent performe.

L’autre explication réside dans la baisse de la production d’argent depuis 2014, année où le pic de production a été atteint avec 1,01 milliards d’onces extraites. Cette baisse s’explique également du fait de la raréfaction des gisements accessibles et de la fermeture de plusieurs mines. Aussi, l’année 2017 témoigne d’une production en nette baisse avec 775,4 millions d’onces extraites, soit 26,5 millions de moins que l’année précédente.

Cette production en baisse survient à une période ou la demande elle, ne cesse de grimper. Cette demande en constante progression est majoritairement due aux innovations technologiques, dont le secteur le plus gourmand demeure le photovoltaïque avec quasiment un quart (24%) d’installation en plus qu’en 2016, particulièrement concentrées en Chine. Ainsi, la demande en provenance de l’industrie n’avait pas progressé de la sorte depuis 2013.  

Par ailleurs, le plus grand parc photovoltaïque du monde va voir le jour en Arabie Saoudite. Le gouvernement saoudien s’est en effet associé au conglomérat japonais SoftBank pour un projet d’envergure estimé à 200 milliards de dollars. Ce parc sera à même de produire 200 gigawatts d’énergie à l’horizon 2030.

Hormis le photovoltaïque, le développement d’alliages d’argent qui accompagne la croissance de la Chine et du Japon consomme d’énormes quantités d’argent. Ces alliages sont utilisés à des fins de soudage et de brasage. Une part non négligeable de la demande provient aussi des secteurs de pointe sur lesquels reposent les nouvelles technologies, ces secteurs ont utilisé 242,9 millions d’once en 2017. La bijouterie joaillerie n’est pas en reste, avec une demande qui progresse également. Rappelons que l’argent employé à des fins industrielles ne fait l’objet d’aucun recyclage du fait des coûts trop élevés.

Autant de variables qui finiront par faire voler en éclat le plafond de verre qui limite pour l’instant le prix de l’argent. Le ratio or/argent affichait encore récemment un écart tout bonnement colossal, de l’ordre de 1/80. Il n’y a pas si longtemps, c’est à dire en avril 2011, l’once d’argent se négociait à 45 dollars, à quand un retour à ce niveau voire un dépassement ?

Partager cet article sur

RESTEZ INFORMÉS

Recevez les dernières actualités en vous abonnant à la newsletter

Suivez Godot & Fils sur les réseaux sociaux :

DANS LA MÊME CATÉGORIE

prix
TRANSPARENCE DES PRIX
paiement
PAIEMENT SECURISÉ
livraison
LIVRAISON ASSURÉE