0800 119 119 Appel et service gratuits
Prendre rendez-vous

2021 : une année singulière pour l'Or

Le 09/12/2021 dans "Or"

L'année 2021 restera certainement considérée comme une année singulière pour l'or.  Comme le montre le graphique ci-dessous, l'or a passé la majeure partie de l'année en territoire négatif. Il ne s'agit pas d'une performance substantiellement négative, mais plutôt d'un mouvement latéral avec des pertes modestes.

 

 

Compte tenu des mesures de relance monétaire et budgétaire extrêmes qui ont été prises au cours de l'année, un tel résultat ne semble pas correspondre à ce que l'on croit généralement, à savoir que l'or a tendance à bien se porter lorsque la monnaie est en difficulté.  Que s'est-il donc passé ?

La demande d'or s'est en fait plutôt bien maintenue, au cours d'une année où le monde a dû se remettre de la réduction de la demande provoquée par les blocages gouvernementaux.

Alors que la demande finale ne sera pas connue avant le début de l'année prochaine, l'année 2021 a montré une nette reprise au troisième trimestre, avec une demande de bijoux en hausse de 33 % par rapport à l'année précédente, tandis que la demande de pièces et de lingots a augmenté de 18 % par rapport à l'année précédente.  Les achats des banques centrales ont également été positifs, les données du troisième trimestre indiquant que les banques ont ajouté environ 400 tonnes métriques.  La demande industrielle a également repris, en hausse de 9 % d'une année sur l'autre et a retrouvé ses niveaux d'avant que les gouvernements du monde entier ne verrouillent l'économie mondiale.

Alors, avec une demande de base affichant des gains décents, pourquoi cette performance mitigée ?  Y a-t-il eu une augmentation de l'offre d'or ?  Non, la production minière mondiale n'a augmenté que d'environ 5 %, mais cette hausse a été plus que compensée par la baisse de l'or fournie par le recyclage, qui a chuté de 12 %.  Il n'y a donc pas eu de gonflement de l'offre pouvant expliquer la baisse des prix.

La réponse semble être que ces augmentations positives de la demande, et le faible changement de l'offre, ont été plus que compensées par le déstockage de l'or par les investisseurs, en particulier les investisseurs qui achètent leur or par le biais d'ETF (Exchange Traded Funds).  Par exemple, les flux du troisième trimestre dans les ETF d'or ont été positifs à hauteur de 274 tonnes métriques en 2020, tandis que les chiffres du troisième trimestre pour 2021 ont montré une sortie de 27 tonnes.  C'est une sacrée variation.

Si nous décomposons les données encore davantage, il est clair que la demande des investisseurs occidentaux explique en grande partie les sorties d'or des ETF.  Si l'on va encore plus loin, on constate que les sorties d'or ont été plus fréquentes en Amérique du Nord, tandis que la demande d'or a été positive pour les ETF qui desservent l'Europe et l'Asie.  En fait, seule l'Amérique du Nord a enregistré des sorties nettes de fonds des ETF mondiaux.

Et qu'en est-il de l'or physique ?  La demande de pièces et de lingotins a augmenté sur la plupart des marchés occidentaux, y compris aux États-Unis, mais la demande d'or papier sous forme d'ETF a diminué.  Cela suggère que les investisseurs qui achètent de l'or physique ont des motivations ou des horizons temporels différents de ceux qui négocient de l'or papier. Il semble juste de dire que les investisseurs en or papier, principalement américains, sont à l'origine des résultats relativement médiocres de l'or cette année et que leurs actions sont différentes de celles des investisseurs qui achètent de l'or physique.

Voici quelques explications possibles :  ceux qui négocient l'or papier ont un horizon temporel à court terme.  L'or n'ayant pas beaucoup progressé, ils ont placé leur argent dans les actions, qui ont connu une autre très bonne année. Il est également clair que les investisseurs nord-américains ont peut-être épuisé leurs craintes inflationnistes en s'aventurant dans les crypto-monnaies, ce qui a détourné les flux d'investissement des ETF aurifères vers l'espace cryptographique qui se multiplie rapidement.

Il faudra peut-être que quelque chose se produise pour modifier les perceptions sur les caractéristiques attrayantes des crypto-monnaies. Cela pourrait venir de deux domaines différents.  D'une part, des cas de fraude importants pourraient ébranler la confiance dans ces nouvelles "monnaies" relativement peu éprouvées.  Certains de ces cas peuvent déjà se produire. Un certain nombre d'agences étatiques et fédérales renforcent leurs préoccupations concernant la fraude dans le monde des crypto. En 2019, il y avait plus de 67 enquêtes sur la fraude, mais ce nombre a maintenant plus que doublé. Outre la fraude, les mesures prises par les principaux gouvernements pourraient restreindre le commerce et la fonction des crypto-monnaies. Nous avons toujours été d'avis que les gouvernements n'abandonneront pas leur monopole sur l'argent. Contrôler l'argent, c'est contrôler le pouvoir. Il est difficile d'imaginer les gouvernements céder ce pouvoir à des acteurs privés, ceux qui produisent des monnaies et que le gouvernement aurait du mal à tracer ou à taxer.

Il est significatif que la Chine, le plus grand producteur d'or au monde, prenne des mesures de répression.  Cela est particulièrement important en raison de la taille de la Chine, deuxième mondial en termes de PIB. Pendant ce temps, en Inde, une nouvelle législation va sévir à l'encontre des crypto-monnaies, probablement au début de l'année prochaine.

L'évolution du contrôle réglementaire semble également avoir commencé aux États-Unis. Le nouveau projet de loi sur l'infrastructure, récemment adopté, contient des dispositions soumettant les cryptos au même type d'obligation de déclaration de 10 000 dollars que celle imposée aux espèces. Ce type de réglementation va certainement réduire l'attrait des cryptomonnaies qui ont la réputation d'être secrètes et de permettre l'anonymat.

Nous pensons qu'au bout du compte, les gouvernements finiront peut-être par adopter une monnaie numérique fiduciaire (on pourrait dire que nous y sommes déjà), mais ils ne permettront pas aux acteurs privés de s'approprier l'énorme pouvoir qui découle du contrôle de l'argent.

À ce stade du jeu, les éléments qui rendent la crypto-monnaie moins attrayante contribueront à diriger les flux vers des paradis plus traditionnels comme l'or. La fin des cryptos n'est bien sûr pas en jeu, il est simplement fort probable que les gouvernements ne les laisseront pas se développer d'une manière à ce qu'elles réduisent leur pouvoir.  En ce sens, les crypto-monnaies seront endommagées et leur écosystème basé sur le secret et la quantité limitée sera probablement bouleversé.

L'inflation est le moyen dont dispose le gouvernement pour se financer sans avoir à augmenter les impôts.  La dépréciation de la monnaie est une forme d'imposition secrète qui permet au gouvernement de déplacer la richesse de certains groupes de la société vers d'autres.

C'est ce que font les gouvernements et c'est pourquoi aucune monnaie papier émise par un gouvernement n'a jamais conservé sa valeur très longtemps.  La question n'est pas vraiment de savoir si la monnaie fiduciaire est en papier ou numérique. Le gouvernement ne peut tout simplement pas contrôler ses dépenses.  Ce n'est qu'après que de nombreux gouvernements aient détruit leur monnaie et ruiné leur population que les gouvernements ont été contraints d'adopter l'étalon-or. Puisqu'ils ne sont plus contraints par l'or, il est très peu probable qu'ils se laissent contraindre par les cryptomonnaies.

 

Source : Neland D. Nobel pour American Precious Metal

Partager cet article sur

RESTEZ INFORMÉS

Recevez les dernières actualités en vous abonnant à la newsletter

Suivez Godot & Fils sur les réseaux sociaux :

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Vous aimerez aussi...

50 Francs Hercule 1974 - 1980
Harry Potter - Écusson Serdaigle 1 once Argent
Signe du Zodiaque : Vierge 1 Once
PAIEMENT SECURISÉ
PAIEMENT SECURISÉ
LIVRAISON ASSURÉE
LIVRAISON ASSURÉE
TRANSPARENCE DES PRIX
TRANSPARENCE DES PRIX