0800 119 119 Appel et service gratuits
Prendre rendez-vous
Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h30 à 18h par téléphone au 0800 119 119 ou par mail à contact@aoea.fr
En voir plus

L’or physique et la monnaie papier

Le 20/06/2018

On oppose traditionnellement or physique et monnaie dans le sens ou on nous a convaincu que l’or fluctuait en même temps que les devises. Pourtant, en tant que réserve de valeur reconnue comme tel universellement, l’or physique est stable et sa valeur ne varie pas. En réalité, seules les devises fluctuent indépendamment de l’or il suffit de retourner en arrière et d’observer tous les mouvements inflationnistes et les effondrements de devises. L’or s’est-il déjà effondré ? S’agit-il d’une bulle ? Non.

On l’a pourtant relégué au statut de relique barbare, valeur refuge, actif de diversification tandis qu’initialement, il occupait une place qu’on lui a depuis retiré : celle de devise ou monnaie. Aussi, cette mauvaise perception de ce qu’est l’or donc cette mauvaise perception de ce qui constitue normalement une monnaie vient du fait qu’on attache pas une valeur stable à une monnaie mais plutôt une valeur fluctuante.

En effet, celle-ci répond à de nombreux mécanismes d’interdépendance savamment orchestrés entre institutions, gouvernements, taux de change et autorités financières. Or, une monnaie devrait avoir une valeur définie en amont de sa création et reconnue par tous, comme c’est le cas pour l’or physique.

Les devises papier ont d’abord été introduites dans l’optique de servir de substituts à l’or physique et à l’argent métal mais depuis qu’elles ne sont plus adossées à ces métaux précieux, il n’existe plus de convertibilité. Aussi, seule la confiance que les gens placent dans la monnaie papier est déterminante de sa valeur. Ce qui explique aussi que les traders et investisseurs misent sur les monnaies papier, ce qui leur permet de réduire leurs risques du fait des actifs de capital, évitant encore une fois de s’en remettre à l’or.

Ce sont eux qui ont contribué à modifier la perception que le grand public se faisait du métal jaune, à présent cantonné au statut de « valeur refuge » à laquelle on a recours en temps de crise et dont on se débarrasse dès que l’aversion au risque est retombée.

La planche à billet et la hausse des taux d’intérêt permet pour l’instant aux banques centrales de renflouer les caisses des gouvernements et de tenir en respect l’inflation mais pour combien de temps ? Et surtout, combien de temps les gens maintiendront-ils leur confiance dans la monnaie fiduciaire (du latin fiducia : confiance) car encore une fois : la monnaie papier n’est rien sans la confiance qu’on lui accorde, entièrement déterminante de sa valeur. 

Partager cet article sur

RESTEZ INFORMÉS

Recevez les dernières actualités en vous abonnant à la newsletter

Suivez Godot & Fils sur les réseaux sociaux :

LIRE AUSSI

paiement
PAIEMENT SECURISÉ
livraison
LIVRAISON ASSURÉE
prix
TRANSPARENCE DES PRIX