0800 119 119 Appel et service gratuits
Prendre rendez-vous

L'or sous le régime de la douche écossaise.

Le 29/03/2012
On a récemment reconnu que le discours du président de la Fed, M. Bernanke, avait pour le moins contrarié le cours de l'or, durant ces dernières semaines. Il faut bien voir qu'il ne s'était pas dévoilé à propos de l'organisation d'un troisième plan d'assouplissement quantitatif, un QE3. De plus, rien ne transpirait sur d'éventuelles mesures supplémentaires de la banque centrale, susceptibles de venir en aide à l'économie. Du coup, les conséquences sur le marché de l'or furent immédiates. Malgré cela, pour la plupart des analystes, la confiance demeure en ce précieux métal. D'ailleurs, saisissant l'opportunité de la forte baisse des prix, l'appétit des acheteurs asiatiques s'est vite rouvert. Ainsi, ils ont pu effectuer de bonnes transactions, à moindre coût, si l'on peut dire. La chute du cours de l'or, pendant cette période, fut une sorte de douche froide, surtout après un début d’année plutôt chaud. Puis, au seuil de la fin du mois de mars, on aperçut une lueur, comme un bout du tunnel, où le cours remonta, avoisinant son palier, fatidique, des 1700 dollars l'once. Ce revirement pourrait s'assimiler à une douche chaude. Et voilà qu’à nouveau, depuis ce mercredi 28 mars 2012, le mouvement baissier ressurgit, éloignant encore un peu plus, ce seuil tant recherché. Nous voici alors sous une autre douche froide. A la lumière de ces hésitations, tout un chacun est en droit de s'inquiéter pour son propre investissement. Mais, ainsi que les experts le répètent, il faut donner du temps au temps.
Partager cet article sur

RESTEZ INFORMÉS

Recevez les dernières actualités en vous abonnant à la newsletter

Suivez Godot & Fils sur les réseaux sociaux :

DANS LA MÊME CATÉGORIE

prix
TRANSPARENCE DES PRIX
paiement
PAIEMENT SECURISÉ
livraison
LIVRAISON ASSURÉE