0800 119 119 Appel et service gratuits
Prendre rendez-vous

La Russie et sa soif d’or physique

Le 23/03/2018

Quelques jours après la réélection de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat à 76,67% des voix, la Russie fait à nouveau parler d’elle pour les soupçons de fraude qui pèsent sur ces récentes élections.

Pourtant, un autre sujet fait couler beaucoup d’encre et passe nettement plus inaperçu : la course effrénée dans laquelle le pays s’est jeté pour augmenter ses réserves d’or physique. Depuis mars 2015, la Banque centrale de Russie augmente méthodiquement ses réserves et ce, tous les mois. Tant et si bien qu’à force d’efforts, le pays est parvenu à se hisser à la sixième place en terme de détention d’or physique derrière les Etats-Unis (8 000 tonnes), l’Allemagne (3 000 tonnes), l’Italie (2 500 tonnes), la France (2 500 tonnes) et enfin la Chine.

Cette acquisition ininterrompue se traduit par une augmentation de 576 tonnes de métal précieux pour un stock total de 1 857 tonnes, soit l’équivalent de 80 milliards de dollars. Ce stock serait en fait accumulé dans l’optique d’échapper aux sanctions ainsi qu’aux risques découlant des oscillations des taux de change. La proportion d’or physique dans les réserves de change russe s’élève aujourd’hui à 18%.

Ce n’est un secret pour personne : l’or est un actif de diversification, une valeur refuge qui résiste particulièrement bien à l’inflation et à la déflation. Ajoutons à cela que sa valeur est reconnue universellement et ce, depuis la nuit des temps. En tant que réserve de valeur elle conservera sa valeur même en cas de faillite des institutions financières et de la chute du dollar. En outre, le métal jaune est l’un des seuls actifs à être totalement indépendant des devises étrangères.

Par ailleurs, le prix du métal précieux est en augmentation constante, en témoigne l’augmentation de sa valeur dans les réserves russes. En effet, depuis janvier 2017 la valeur de l'or physique détenu par la Russie a enregistré une hausse de 27%, ce qui a eu pour conséquence de la faire passer de 60,2 à 76,6 milliards de dollars.

La Russie est un cas particulier en ce qu’elle n’achète que sur le marché intérieur, le pays produisant pas moins de 300 tonnes d’or physique chaque année. Or deux tiers de ces 300 tonnes sont destinés aux coffres de la Banque centrale. 

Le rythme d’augmentation du stock d’or russe semble d’ailleurs aller croissant, notamment du fait du secteur de production aurifère en plein essor. Ainsi, au mois de janvier 2018 la Russie a acquis la bagatelle de 600 000 onces d’or ou 18,66 tonnes. Or, si l’on observe les acquisitions de l’année 2017, le pays n’avait acheté « que » 224 tonnes sur l’ensemble de l’année.

Enfin, depuis quelques années on observe que le pays a adopté une tendance visant à écouler ses bons du Trésor américain à une vitesse exponentielle. Depuis 2011, jamais le pays n’avait atteint une telle cadence dans la vente de ses bons. Les spéculations vont donc bon train sur les déterminants de cette stratégie avec d’une part l’augmentation du stock d’or physique combinée à la vente croissante des bons du Trésor américain. Affaire à suivre… Quoiqu’il en soit le moment est tout indiqué pour investir dans l’or physique.

Partager cet article sur

RESTEZ INFORMÉS

Recevez les dernières actualités en vous abonnant à la newsletter

Suivez Godot & Fils sur les réseaux sociaux :

DANS LA MÊME CATÉGORIE

PAIEMENT SECURISÉ
PAIEMENT SECURISÉ
LIVRAISON ASSURÉE
LIVRAISON ASSURÉE
TRANSPARENCE DES PRIX
TRANSPARENCE DES PRIX